Picturing Tomorrow: Future-directed Imagination in American Art

Tatsiana Zhurauliova's picture
Type: 
Call for Papers
Date: 
March 18, 2020 to March 19, 2020
Subject Fields: 
African American History / Studies, American History / Studies, Art, Art History & Visual Studies, Asian American History / Studies, Cultural History / Studies

Picturing Tomorrow: Future-directed Imagination in American Art

March 18-19, 2020, Université Paris Nanterre

[Version française ci-dessous]

How do we understand the concept of the future? Is it inevitable and shaped by a long sequence of events and interconnected chance occurrences? Or do we conceive of it as something that is determined by our actions and decisions in the present day? Is it a pure potentiality, a promise of a radically different world and yet unimaginable existence? Or is it something that is forever unreachable, something that defines our experience of the present as a perpetual state of deferral and transience?

Historically, these questions have inspired a variety of political, cultural, and discursive formulations that have informed different, period-specific concepts of the future. In this regard, art has been instrumental in giving form to the shifting definitions of the future—a few examples include nineteenth-century visions of territorial, economic, and epistemological progress; an understanding of the future as a rapture, inherent in the historical avant-gardes’ reliance on the strategies of shock and estrangement; or postmodernist emphasis on immanence as a means to constantly retrieve the future moment into the political and social arena of today.

This study day aims to explore the trajectory of future-directed imagination in American art from the 18th century to the 1980s. We invite papers that focus on the variety of strategies, devices, and formulations that artists used for the concept of the future in their work.

Possible topics include, but are not limited to:

-       images of utopia and/or dystopia;
-       projections for economic and territorial expansion;
-       apocalyptic visions;
-       the influence of social engineering theories and programs;
-       speculation, understood as either a speculative impulse within the artistic practice itself or as a response to financial and real-estate market speculation;
-       the influence of European Futurism on American art;
-       the relationship between science fiction and the visual arts;
-       Afrofuturism;
-       anticipatory impulse in art and artists’ writings;
-       commemorative practices and the relationship between the future and memories of the past.

Papers may be in French or English. To submit a proposal, please send an abstract of 250 words, and a two-page CV to: tatsiana.zhurauliova@univ-paris-diderot.fr

Deadline: December 30, 2019.

The event is organized by Tatsiana Zhurauliova, Terra Foundation for American Art Postdoctoral Teaching and Research Fellow at the Université Paris Nanterre and Université Paris Diderot, in collaboration with these affiliated institutions.

Version française:

Représenter demain : L’imagination de l’avenir dans l’art américain

18-19 mars 2020, Université Paris Nanterre

Comment comprenons-nous le concept d’avenir ? Est-il inévitable et formé par une longue séquence d’événements et occurrences accidentelles interconnectées ? Ou le concevons-nous comme quelque chose déterminé par nos actions et nos décisions présentes ? Est-il une pure potentialité, la promesse d’un monde radicalement différent et tout à la fois inimaginable ? Ou est-il considéré comme à jamais inaccessible, définissant notre expérience du présent comme un état perpétuel du sursis et de l’éphémère ?

Historiquement, ces questions ont inspiré des formulations politiques, culturelles et discursives qui ont éclairé des concepts d’avenir spécifiques à chaque période. En effet, l’art a contribué à la concrétisation des définitions fluctuantes de l’avenir comme par exemple, les visions du progrès territorial, économique et épistémologique au XIXe siècle. Les avant-gardes historiques quant à elles se sont appuyées sur le concept d’avenir comme rupture en utilisant des stratégies de choc et de défamiliarisation. L’époque postmoderne a mis l’accent sur l’immanence comme moyen de récupération du futur dans l’arène politique et sociale du moment.


Ces journées d’étude visent à explorer la trajectoire de l’imagination de l’avenir dans l’art des États-Unis du XVIIIe siècle aux années 1980. Nous invitons des interventions qui traitent de stratégies, de dispositifs et de formulations variés utilisés par les artistes pour définir le concept d’avenir dans leur création.

Parmi les axes possibles :

-       les images d’utopie et/ou de dystopie,
-       les projections d’expansion économique et territoriale,
-       les visions apocalyptiques,
-       l’influence des théories et des programmes d’ingénierie sociale,
-       la spéculation tant au sein de la pratique artistique que comme une réponse à la spéculation financière et immobilière,
-       l’influence du futurisme européen sur l’art des États-Unis,
-       la relation entre science-fiction et arts visuels,
-       l’afrofuturisme,
-       l’impulsion anticipative dans les écrits d’art et d’artistes,
-       les pratiques commémoratives et la relation entre l’avenir et la mémoire du passé.

Veuillez envoyer le résumé de votre intervention (250 mots maximum), en anglais ou en français, et un court CV à tatsiana.zhurauliova@univ-paris-diderot.fr.


Date limite pour l’envoi des propositions : 30 décembre 2019.

Ces journées d’étude sont organisée par Tatsiana Zhurauliova, lauréate de la bourse postdoctorale de la fondation Terra pour l’enseignement et la recherche à l’université Paris Nanterre et à l’université Paris Diderot, en collaboration avec ces institutions.