CfP: Representing Automobility in Literature and Film

Michelle Stork's picture
Type: 
Call for Papers
Date: 
August 15, 2022
Location: 
Germany
Subject Fields: 
Colonial and Post-Colonial History / Studies, Cultural History / Studies, Environmental History / Studies, Literature, Women's & Gender History / Studies

We invite contributions for the upcoming conference 'Representing Automobility in Literature and Film', which will take place at Goethe University Frankfurt and is organised by my colleague Melanie Schneider and me. The deadline for abstracts is August 15, 2022.

Representing Automobility in Literature and Film

Since the spatial turn and the introduction of the new mobilities paradigm (Sheller, Urry 2006), mobility has generated an ever-increasing interest as a research topic. Initially introduced and pursued by researchers in the social sciences (Cresswell, Featherstone, Merriman), mobility studies have also influenced literary and film scholars who address and discuss artistic representations of mobility (Aguiar et al. 2017; Quaquarelli et al. 2019). 

The automobile is an iconic symbol of mobility, featuring in in Fitzgerald’s The Great Gatsby (1925), Wenders’s Paris, Texas (1984) and Hunter S. Thompson’s Fear and Loathing in Las Vegas and Francoise Sagan’s Bonjour Tristesse (1954) and inspiring poems like Bertolt Brecht’s “Singende Steyr-Wägen” (1928) and Erich Kästner’s “Die Zeit fährt Auto” (1928). This conference will take into account the transnational and -cultural character of automobility. It therefore welcomes proposals dealing with representations of cars in Anglophone, Francophone and Germanophone film and literature. 

Connotations such as freedom, escape, and status endure into the present day, despite the car’s imbrication in fossil fuel consumption. While this may cause growing concern among some, the car continues to claim an undeniable presence in literary and filmic works. In fact, there are numerous works which grapple with the automobile’s endurance in (post-)apocalyptic settings, including the last installment of the Mad Max films and Oana Aristide’s Under the Blue. The notion of the Anthropocene is slowly gaining traction in scholarship on automobility (Laviolette and Argounova-Low’s “Auto-Anthropocene” (2021); Pesses’s Ecomobilities: Driving the Anthropocene in Popular Cinema (2021)). However, much work remains to be done, and literary and film scholars have paid little attention to the representation of cars fuelled by alternative energies so far.

The automobile has become a truly global phenomenon, partially due to its role in colonial projects of expansion and governance. As Miller’s Car Cultures, Green-Simms’ Postcolonial Automobility in West Africa (2009) and Mom’s Atlantic Automobilism (2022) attest, this has led to localised forms of automobility. Yet, processes of cultural translation continue to this day; they are reflected and reflected on in artistic production, where literal transformations of automobiles are accompanied by cultural reinterpretations of said vehicles (Evaristo’s Soul Tourists (2005), Mahjoub’s Travelling with Djinns (2004)).

Rather than speeding down open roads, in recent representations, “cars are often parked, or going nowhere in particular,” as Anna Hartnell observes (2016). Slowness and friction, which mobility studies scholars have become invested in, can fruitfully be brought into discussions of literary and visual representations of automobility and need to be related to aesthetic and formal concerns. Here, we are interested in the particular contribution that representations of automobility can make to larger debates, e.g. on phenomena such as traffic congestion (Godard’s Week-End (1967), Chazelle’s La La Land (2016)).

Scholars have worked on gendered automobiles and women’s access to the car remains implicitly or explicitly restricted to this day. Narratives like Scott’s Thelma and Louise (1991), Despentes’ Baise-moi (1994) and von Garnier’s Bandits (1997) renegotiate the idea of male supremacy by conceptualising women as worthy opponents in the fight over control of the car. However, women have also written their own ‘car stories’, centering new dynamics and figures like the female retiree (von Rönne’s Ende in Sicht, 2022) or the mother (Portier’s Contact, 2008). Simultaneously, ‘old’ questions of masculinity and ‘new’ questions of queerness in relation to driving must not be disregarded, especially when they intersect with other identity markers. 

This conference aims at thinking automobility through literary and filmic representations from the Anglophone, Francophone and Germanophone world. To this end, we invite papers which address but are not limited to the following topics and approaches:

  • The automobile as a narrated, material object
  • Formal and aesthetic concerns in representations of automobility
  • Postcolonial and transcultural approaches to automobility
  • Ecocritical perspectives on automobility
  • Representations of the electric car and alternative energy
  • Automobility and gender
  • ‘Car-based genres’, e.g. road novels / movies and film noir
  • Speed, slowness, friction
  • Representations of car crashes
  • The automobile in relation to other technologies (tuning, assemblage, cyborg/posthumanism, body horror (Ducournau’s Titane (2021)), Artificial Intelligence, autonomous cars, etc.)  

The conference is planned to be held in English and French, on June 1 and 2, 2023 at Goethe University Frankfurt, Germany.

Please send a 250-word abstract of your proposed paper with a brief biography (max. 100 words) to m.stork[@]em.uni-frankfurt.de and melanieschneider67[@]gmail.com by August 15, 2022. Responses will be given by September 1, 2022. Presentation slots are 20 minutes long, followed by a 10-minute discussion. 

A conference volume (in French and English) with selected papers is planned.

Organisers: Melanie Schneider (PhD Candidate, Insititute of Romance Studies, Goethe University Frankfurt) and Michelle Stork (PhD Candidate, Institute of English and American Studies, Goethe University Frankfurt)

Représenter la locomotion automobile dans la littérature et le cinéma 

Depuis ce que les chercheu.rs.ses ont pu qualifier de « tournant spatial » (spatial turn) et l’introduction du changement de paradigmes de la mobilité (new mobilities paradigm (Sheller, Urry 2006)), la locomotion et le déplacement en général, érigés en domaines de recherche, ont  suscité un intérêt croissant. Les études sur la mobilité (mobility studies), à l’origine introduites et poursuivies par des chercheu.rs.ses venant des sciences sociales (Cresswell, Featherstone, Merriman), ont fini par influencer les travaux en littérature et sur le cinéma abordant et discutant ainsi les représentations artistiques de la mobilité spatiale (Aguiar et al. 2017 : Quaquarelli et al. 2019). 

Objet d’inspiration des poèmes de Bertolt Brecht (« Singende Steyr-Wägen » (1928)) et d’Erich Kästner (« Die Zeit fährt Auto » (1928) ou bien en bonne place dans The Great Gatsby de Fitzgerald (1925), Bonjour Tristesse de Françoise Sagan (1954), Fear and Loathing in Las Vegas de Hunter S. Thompson (1971), Paris, Texas de Wender (1984), l’automobile est devenue un symbole emblématique. Pour thématique principale de ce colloque, nous souhaiterions prendre ainsi en compte le caractère transnational et transculturel de la locomotion automobile. C’est pourquoi nous accueillerons des propositions traitant des représentations de la voiture dans la littérature et le cinéma en provenance des mondes anglophone, francophone et germanophone.  

En dépit de l’intrication technique de la voiture au cœur d’une système de consommation fondé sur les combustibles fossiles, les notions de liberté, d’évasion et de statut social liées à la voiture persistent encore de nos jours. Tandis que nous pouvons observer aujourd’hui la montée d’une inquiétude croissante liée à l’empreinte écologique laissée par la voiture, cette dernière continue à occuper une présence incontestable tant dans la production littéraire que cinématographique. De fait et par exemple dans des cadres (post-)apocalyptiques on rencontre de nombreuses fictions abordant la prégnance de la voiture, ainsi du film le plus récent de la série Mad Max (2015) ou encore dans le roman Under the Blue d’Oana Aristide (2021). La notion d’Anthropocène imprègne toujours davantage conscience à la recherche très actuelle de la locomotion automobile (Laviolette and Argounova-Low’s “Auto-Anthropocene” (2021) ; Pesses’s Ecomobilities: Driving the Anthropocene in Popular Cinema (2021)). Cependant, on notera que les études menées par les spécialistes de littérature et de cinéma ont encore prêté une attention insuffisante aux représentations de la voiture désormais orientée vers des énergies alternatives.  

Si l’automobile est devenue un véritable phénomène global, ceci est partiellement due au rôle qu’elle a joué dans des projets d’occupation et de gouvernement en contexte colonial. Car Cultures de Miller (2001), Postcolonial Automobility in West Africa (2009), Cultural and Literary Representations of the Automobile in French Indochina: A Colonial Roadshow (2018) de Ponsavady) et Atlantic Automobilism (2022) de Mom montrent ainsi que cette situation a conduit à des types localisés de locomotion automobile. Pourtant, les processus de translation culturelle continuent d’être à l’œuvre : on les trouve représentés et discutés à travers la production artistique, où les transformations littéraires de l’automobile sont accompagnées de réinterprétations culturelles des véhicules en question (Soul Tourists d’Evaristo (2005), Travelling with Djinns de Mahjoub (2004)). 

Au lieu d’insister sur une voiture roulant à grande vitesse sur des routes ouvertes, Anna Hartell observe que, dans les représentations récentes, les « cars are often parked, or going nowhere in particular » (2016). La lenteur et la friction, deux démarches dans lesquelles les chercheu.rs.ses sur la mobilité se sont engagé.e.s, peuvent être incorporées de manière fructueuse dans la discussion des représentations littéraires et visuelles de la locomotion automobile qui doit aussi prendre en considération les soucis esthétiques et formels. On se demandera ainsi quelles contributions les représentations de la locomotion automobile peuvent apporter aux débats engagés autour de ces démarches mêlant lenteur et friction, tel le phénomène de l’embouteillage (Week-End de Godard (1967), La La Land de Chazelle (2016)) ? 

Les chercheu.rs.ses ont également travaillé sur l’aspect du genre lié à la locomotion automobile et sur l’accès des femmes à la voiture, toujours et encore restreint, que ce soit de manière implicite ou explicite. Des récits comme Thelma and Louise de Scott (1991), Baise-moi de Despentes (1994) et Bandits de von Garnier (1997) renégocient l’idée d’une suprématie masculine en conceptualisant les femmes comme des adversaires dignes dans le combat livré pour le contrôle de la voiture. Cependant, les femmes ont également écrit leur propres « histoires de voiture », en centrant le regard sur de nouvelles dynamiques ou de nouveaux personnages telle la retraitée (Ende in Sicht de von Rönne (2022)), telle la mère (Contact de Portier (2008)). Parallèlement, des questions « anciennes » touchant à la masculinité de même que des thématiques « nouvelles », liées au queer en relation avec la conduite ne sauraient être ignorées, en particulier quand celles-ci croisent d’autres signes d’identité.  

Le colloque vise donc à penser la locomotion automobile à travers des représentations littéraires et cinématiques du monde anglo-, franco- et germanophone. Pour ce faire, nous faisons appel à des propositions consacrées entres autres aux sujets et approches suivants : 

  • La voiture racontée comme objet matériel 
  • Les considérations formelles et esthétiques liées aux représentations artistiques de la locomotion automobile 
  • Les approches postcoloniales et transculturelles 
  • Les dimensions éco-critiques appliquées à la voiture 
  • Les représentations de la voiture mue par l’électricité et les énergies alternatives 
  • Les questions du genre tournant autour de la locomotion automobile 
  • Les « genres de récits de voiture », p. ex. les road novels et road movies et les films noirs
  • La vitesse, la lenteur, la friction
  • Les représentations de l’accident de voiture 
  • L’automobile en relation avec d’autres technologies (le réglage, l’assemblage, le cyborg/le post-humanisme, le « body horror » (Titane de Ducournau (2021)), l’intelligence artificielle, les voitures autonomes, etc.) 

Le colloque se tiendra les 1er et 2 juin 2023 à l’Université Goethe de Francfort. Les communications se feront en français ou en anglais. 

Les propositions de communication de 250 mots maximum, accompagnées d’une courte biobibliographie de 100 mots maximum, sont à envoyer avant le 15 août 2022 à Michelle Stork (m.stork[@]em.uni-frankfurt.de) et Melanie Schneider (melanieschneider67[@]gmail.com). Un retour sur les propositions sera fait le 1er septembre 2022. Chaque présentation est censée durer 20 minutes et sera suivie d’une discussion de 10 minutes. 

Une publication des actes du colloque (en français et en anglais) est prévue.