Jarraud on Poznanski, 'Etre juif en France pendant la Seconde Guerre mondiale (L'Histoire en marche)'

Author: 
Renée Poznanski
Reviewer: 
François Jarraud

Renée Poznanski. Etre juif en France pendant la Seconde Guerre mondiale (L'Histoire en marche). Paris: Hachette, 1994. 859 pp. ISBN 978-2-01-013109-7.

Reviewed by François Jarraud (H-Francais editor)
Published on H-Holocaust (December, 1995)

Dans "Vichy et les juifs", M.R. Marrus et R.O. Paxton avaient longuement analyse la politique antisemite de Vichy et les responsabilites de ce regime dans la Shoah.

Le livre de Renee Poznanski, professeur d'Histoire a l'universite Ben Gourion du Neguev, a Beer Sheva, Israel, a pour objectif "de faire sortir les Juifs du texte de loi.. en somme redonner aux Juifs qui ne sont bien souvent traites que comme objets-victimes de l'histoire, le role de sujet" (p. 11). Du coup la scene francaise pendant la seconde guerre mondiale prend un nouvel eclairage, sans aucun doute particulierement necessaire, mais surtout extremement riche. L'auteur s'appuie sur des fonds peu utilis s jusqu'alors : journaux personnels (mise en parallele de journaux tenus par des juifs et des non-juifs), archives des organisations juives, t moignages.

Renee Poznanski montre d'abord l'extreme diversite des juifs en France en 1939. Bien loin du Juif unique de la propagande vichyssoise, la micro societe juive (300.000 a 330.000 personnes) est extremement heterogene. Fran ais juifs assimiles (90.000 personnes) et juifs etrangers de toutes nationalites, socialistes et bourgeois, pratiquants et non-pratiquants : il est bien difficile de parler d'une communaute. Les juifs francais, emancipes depuis 1791, particulierement republicains, avaient toutes les raisons de s'en remettre a l'etat francais. Le juif etranger est plus isole et ne beneficiera pas des memes appuis dans la societe francaise.

Ainsi se dessine la variete des situations face a la montee de l'antisemitisme en France.

Des 1939, avant Vichy, plusieurs decrets sont pris par le gouvernement francais, ordonnant l'internement de 3000 refugies juifs Allemands et Autrichiens dans les culs de basse fosse de la Republique (Gurs, Le Vernet, ,etc..), enrolant de force les etrangers dans des compagnies de "prestataires" qui deviendront "groupements de travailleurs etrangers" sous Vichy.

La defaite amene avec elle la serie de mesures antisemites prises par les Allemands et par Vichy. Depuis Paxton, ces mesures sont connues: recensements, spoliation, "epuration", internement puis deportation. Chacune de ces etapes fait l'objet d'une etude minutieuse. Temoignages et journaux personnels restituent la vie dans les camps d'internement, les GTE, Drancy ou Compiegne. Les rapports officiels permettent de chiffrer le rendement des recensements, de "l'aryanisation" des biens juifs, de l'organisation de l'epuration puis des rafles. Les archives officielles rendent compte de la deportation de 76.000 juifs de France (dont 24.500 Francais) et du soutien qu'apporta Vichy.

L'auteur decrit la surdite de l'administration francaise qui applique avec serieux et rigueur professionnelle des lois de plus en plus eloignees des principes de base du droit francais.

Renee Poznanski montre la variete des comportements face a ces mesures. Le choc le plus brutal est pour les juifs Francais. Souvent ce fut l'occasion d'une prise de conscience de sa judeite. Mais tous, pour survivre, devinrent dependants soit de la societe francaise, soit des association juives.

L'auteur restitue l'acharnement des differentes associations a venir en aide a une population menacee. Et d'abord l'UGIF, organisme cree par Vichy et l'occupant, qui finira par englober toutes les associations legales, et dont elle montre le role positif. Si les dirigeants de l'UGIF accepterent une collaboration technique avec les autorites ce fut pour proteger les reseaux d'assistance la communaute. Pour les juifs, survivre devient un acte de volonte et de resistance.

Si pour manger il faut un papier d'identite (la carte de rationnement), pour survivre se cacher est necessaire. Pour sortir du dilemme, les juifs francais trouverent souvent des complicites "aryennes". D'autres eurent recours aux organisations juives. Ainsi la communaute passa a la resistance passive ou active. R. Poznanski decrit le travail des resistants dans les organisations paralleles a l'UGIF; la creation de groupes armes dont les plus celebres et les plus actifs furent les FTP-MOI. D'autres organisations juives fournissent des milliers de faux papiers, dissimulent des milliers d'enfants, organisent les passages a l'etranger par centaines.

A la fin de la guerre, les trois quarts de la communaute juive ont survecu. Renee Poznanski reconnait le role des associations juives dans la sauvegarde de la communaute. Par leur diversite, leurs relais dans la societe francaise, elles purent aider la communaute dans son heterogeneite. Mais, pour elle (comme pour S. Klarsfeld), le role de la societe civile fut determinant. "L'Etat pouvait effacer d'un trait de loi des mesures d'Emancipation, il ne pouvait en effacer les effets qui s'etaient enracines dans la societe durant cent cinquante ans" (p 705). Si la societe francaise accueille sans reaction les premieres mesures antisemites, des le printemps 1941 des voix se font entendre. Ce sont surtout les scenes de rafle de l'ete 1942 qui font basculer l'opinion francaise, d'autant plus que les juifs ne sont pas les seules victimes de Vichy (les francs-macons, les communistes, les requis du STO...). "Le drame vecu par les Juifs en France pendant la Seconde Guerre mondiale fut en meme temps une tragedie juive et une tragedie francaise" (p. 710).

Un des derniers chapitres du livre est consacre aux lendemains de la Liberation. Apres quatre ans de propagande antisemite officielle, les survivants eurent bien du mal a recuperer les biens dont ils avaient ete spolies. Toute trace d'antisemitisme n'avait pas disparu du pays...

Le livre de Renee Poznanski est d'une extreme richesse et complete de facon incontournable le travail de Paxton et Marrus.

Printable Version: http://www.h-net.org/reviews/showpdf.php?id=238

Citation: François Jarraud. Review of Poznanski, Renée, Etre juif en France pendant la Seconde Guerre mondiale (L'Histoire en marche). H-Holocaust, H-Net Reviews. December, 1995.
URL: http://www.h-net.org/reviews/showrev.php?id=238

Copyright © 1995 by H-Net, all rights reserved. H-Net permits the redistribution and reprinting of this work for nonprofit, educational purposes, with full and accurate attribution to the author, web location, date of publication, originating list, and H-Net: Humanities & Social Sciences Online. For any other proposed use, contact the Reviews editorial staff at hbooks@mail.h-net.msu.edu.