Activist Lives Call for Papers

Steven High's picture

Lana Dee Povitz and I are eager to make oral history central to this special themed issue - so send us your proposals in English or French!  The deadline is coming up at the end of the month.  Best, Steven

 

Call for Papers

 

Histoire sociale / Social History

 

Articles Accepted in English or French

 

 

Activist Lives

 

 

 

This special issue seeks to bring together articles that contribute historical depth and comparative breadth to the subject of activist lives. By taking seriously the role of emotion and affect, and by focusing on individual and collective biographies, the co-editors hope to move beyond institutional or issue-based histories to show how movements for social change have flowed into one another through the medium of relationships. The aim is to show that social movements-from gender justice to workers' rights to radical environmentalism and far beyond-are constituted by consecutive or overlapping scenes, subcultures, and often highly conflicted movement currents. 

 

Submissions may address entirely local topics, or reach across great geographic and social distances. In addition to investigations of individual activist trajectories, we are interested in activist lives in their collective sense: generations of a family, affinity groups, radical friendships, intentional communities, political rivals, and romantic relationships between activists. The editors welcome proposals rooted in different historical moments and geographic scales, unbounded by national containers; they are concerned with movements that have been celebrated as successful as well as those that have failed or been obscured. Methodologically, they welcome inter- and cross-disciplinary approaches to the past, and encourage the use of experimental writing techniques and sources that express personal narrative, such as oral histories, diaries, eulogies, letters, family albums, home movies, and travelogues.

 

 Topics may include, but are not limited to:

•          Politicization and disaffection: how people moved into or away from social movement participation

•          The uses of anger, love, and other strong emotions in social movements

•          How participants understood the significance and biographical consequences of their activism

•          How movements are remembered –in public memory, private memory, and the tension between the two

•          Activist genealogies, including those characterized by biology, affinity, friendship, mentorship, or antagonism 

•          How recent generations of activists relate to prior social movements, especially when there is seen to be a “golden age” of a particular struggle

•          Reunions, retrospective writing, and the role of radical nostalgia

 

The guest editors intend to submit selected articles for inclusion in a special issue of Histoire sociale / Social History provisionally titled “Activist Lives”. 

 

Individuals who are interested in contributing to the special issue should send a 300-400 word abstract and a short 2-page CV by July 1, 2018 to Lana Dee Povitz and Steven High at steven.high@concordia.ca

 

Completed articles will be expected January 15, 2019

 

The journal Histoire Sociale / Social Historypublishes articles in both English and French.

 

 

 

 

 

 

Appel à contributions

 

Histoire sociale / Social History

 

Les articles seront acceptés en français ou en anglais.

 

 

Vies de militantes et militants

 

Ce numéro spécial présentera des articles qui explorent la vie des militantes et des militants et vise à donner à ce thème une profondeur historique, tout en apportant d’abondants éléments de comparaison. En reconnaissant le rôle de l’émotion et de l’affectivité et en se concentrant sur les biographies personnelles et collectives, les rédacteurs invités espèrent transcender les histoires institutionnelles ou celles axées sur des enjeux particuliers pour démontrer comment les mouvements en faveur du changement social se sont imbriqués les uns dans les autres, grâce aux relations interpersonnelles. Le but est de montrer que les mouvements sociaux, qu’il s’agisse de justice entre les sexes, de droits des travailleuses et travailleurs, d’environnementalisme radical et bien plus, sont constitués de champs de lutte successifs ou qui se chevauchent et de courants souvent fortement conflictuels.

 

Les articles soumis peuvent traiter de sujets locaux ou peuvent au contraire avoir une grande portée géographique ou sociale. Outre les enquêtes sur les trajectoires des militantes et militants, les rédacteurs attachent de l’importance à leur vie au sens collectif, soit les générations d’une famille, les groupes d’affinités, les amitiés radicales profondes, les communautés d’intention, les rivaux politiques et les relations amoureuses entre militant.e.s. Les rédacteurs invités encouragent les propositions ancrées dans différents moments de l’histoire et dans différentes échelles géographiques, qui ne se limitent pas aux frontières nationales ; ils s’intéressent aux mouvements qui sont réputés avoir connu du succès, ainsi qu’à ceux qui ont échoué ou qui ont été occultés. Sur le plan méthodologique, ils encouragent des approches inter- et multidisciplinaires du passé, ainsi que le recours aux techniques et aux sources expérimentales d’écriture qui reflètent le récit personnel, comme les histoires orales, les panégyriques, les lettres, les albums de familles, les films personnels et les carnets de voyage.

 

Parmi les thèmes qui nous intéressent, on trouve les suivants : 

•          La politisation et la désaffection : comment les gens ont-ils commencé ou cessé de participer aux mouvements sociaux 

•          Le recours à la colère, à l’amour et à d’autres émotions fortes au sein des mouvements sociaux 

•          La compréhension des participants relativement à la signification et aux conséquences de leur militantisme sur le plan de leur vie personnelle

•          Quels souvenirs garde-t-on des mouvements dans la mémoire publique et dans la mémoire personnelle, ainsi que les divergences entre ces deux formes de mémoire

•          Les généalogies des militantes et militants, notamment celles caractérisées par la biologie, l’affinité, l’amitié, le mentorat et l’antagonisme 

•          Le rapport que les récentes générations de militantes et militants établissent avec les mouvements sociaux antérieurs, particulièrement au regard d’un « âge d’or » d’une lutte particulière 

•          Les réunions, les écrits a posteriori et le rôle de la nostalgie chez les militants

 

Les rédacteurs invités ont l’intention de soumettre une sélection d’articles pour parution au sein d’un numéro spécialde la revue Histoire sociale / Social History intitulé «Vie de militantes et militants ».

 

Nous vous invitons à faire parvenir un résumé de 300 à 400 mots et un court cv de deux pages d’ici le 1er juillet 2018 à Lana Dee Povitz et à Steven High à l’adresse steven.high@concordia.ca.  

 

La date de tombée pour les articles est le 15 janvier 2019

 

La revue Histoire Sociale / Social Historyest bilingue et publie des articles en français et en anglais.